Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
124 visiteur(s) connecté(s)
17 visiteurs par jour
29450 visiteurs depuis le début
Publication :
185 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

Le communisme, c’est la force de frappe contre le capitalisme !

16 mars 2011
par L.Paulin

La société capitaliste s’attaque aux personnes âgées.

· Des retraites trop faibles !

Depuis 1993, les retraités ont perdu 20 % de pouvoir d’achat et la nouvelle réforme des retraites va aggraver cela. Dans le canton, beaucoup de retraites sont très faibles (moins de 500 € par mois). Quand on sait que le coût d’une maison de retraite varie de 1500 à 2700 € par mois, seules les familles les plus riches sont en mesure de payer !

Le parti communiste français demande que les pensions soient au minimum égales au SMIC.

· L’APA en danger !

Le gouvernement a transféré le financement de l’Allocation Personnelle d’Autonomie (APA) aux départements qui sont étranglés financièrement. Ainsi l’APA est en danger. Le conseil général socialiste votera-t-il encore une augmentation d’impôts ou durcira-t-il les conditions d’accès à l’APA ? Le gouvernement veut faire payer aux personnes âgées la dépendance, c’est pourquoi il projette d’augmenter la CSG sur les pensions des retraités, de puiser dans le patrimoine des bénéficiaires et de rendre obligatoires les assurances privées.

Le Parti Communiste Français demande que L’APA soit financée par la Sécurité sociale. De plus il faut favoriser le maintien à domicile des personnes âgées (avec des auxiliaires de vie et du personnel soignant).

Le parti communiste français exige que les retraites soient revalorisées et que les logements sociaux soient développés pour les jeunes couples comme pour les retraités. La suppression du bouclier fiscal (800 millions d’euros laissés aux plus riches) permettrait de venir en aide aux personnes en difficulté.

· Gardons les services publics !

Le démantèlement des services publics aggrave les conditions de vie des personnes âgées par l’éloignement des hôpitaux (les déplacements en ambulance seront de moins en moins remboursés) mais aussi la suppression des bureaux de poste (les facteurs n’apportaient pas que le courrier mais aussi une présence ou rendaient des petits services).

Pour un retour des services publics et de la solidarité entre les générations il faut lutter contre la politique du gouvernement et la complicité du parti socialiste qui gère la pénurie sans remettre en question le système.

Depuis six ans, l’État doit 86 millions d’euros au conseil général du Tarn.

Le parti communiste propose d’inscrire en recette du budget du département la dette de l’État soit 238 € par Tarnais !

Si tous les départements à gauche appliquaient cette mesure, le gouvernement serait obligé de reculer et par conséquent de rembourser.

En 2010, le département du Tarn a investi plus de 200 millions d’euros dans le secteur social. Face au développement de la précarité et au vieillissement de la population du Tarn ce budget déjà insuffisant devrait augmenter. Ce qui ne sera pas le cas.

L’élection d’une conseillère générale communiste connaissant bien les problèmes sociaux peut apporter une aide précieuse pour défendre les services publics et les personnes démunies.

La société capitaliste : ennemie des jeunes.

· La jeunesse est menacée !

Le gouvernement réduit les postes d’enseignants en collège, en lycée et dans le primaire ! Et le conseil général socialiste qui accepte sans contester les restrictions budgétaires imposées par la droite ne sera plus en mesure d’investir dans les collèges ou l’aide sociale à l’enfance . Dans le département du Tarn, le nombre d’élèves dans les classes de collège passe souvent à 30 élèves (c’est le cas aux collèges de Vielmur et de Lavaur) . On supprime les dédoublements en sciences physiques, en Science et Vie de la terre et en technologie. Les postes de surveillants ne sont pas augmentés même si les effectifs augmentent. Ainsi le collège des Clauzades à Lavaur va perdre un poste (en mathématiques) avec des effectifs en hausse après avoir perdu l’an dernier un poste de français.

Cette « casse » du collège public va favoriser le développement des cours privés et plus tard des collèges d’enseignement privé.

Le député-maire Bernard Carayon vote les budgets qui réduisent le nombre d’enseignants et de personnels d’éducation, il vote la réduction des budgets des départements qui assurent les transports scolaires, la construction et l’entretien des collèges mais il a favorisé l’ouverture de la prison pour mineurs à Lavaur ! Il faut mettre fin à la pédagogie fondée sur les claques et humiliations chères au député Carayon.

· Redonner confiance à la jeunesse !

Les inégalités sociales énormes et la mal-vie destabilisent de nombreuses familles et enfants. Il faut mettre en place un service public de la petite enfance permettant à tous les parents de trouver une solution pour garder leurs enfants quels que soient les revenus. C’est nécessaire notamment pour les femmes seules afin qu’elles puissent trouver une formation ou un emploi. Il faut lutter contre la suppression des classes maternelles et contre les suppressions de postes dans l’enseignement. Il vaut mieux utiliser l’argent pour l’école plutôt que pour financer la guerre en Afghanistan.

Les jeunes ont besoin de logements à loyers modérés et d’emplois stables correctement rémunérés. Or, pour le moment, le chômage est toujours important, les loyers sont de plus en plus chers, beaucoup de jeunes couples sont contraints d’habiter chez leurs parents ou de demander l’aide d’associations humanitaires. Les loyers doivent être gelés.

L’argent existe :

Les actionnaires des plus grands groupes ont empoché plus de 40 millions de dividende. Le bouclier fiscal(exonération d’impôt pour les plus riches) a coûté 800 millions d’euros.

La droite envisage de supprimer l’impôt sur la fortune (4 milliards d’euros).Servier, le patron des laboratoires du Mediator a 2,9 milliards de patrimoine.

C’est là qu’il faut prendre l’argent.

Pour faire payer les riches, pour une société où l’homme est au centre de l’économie et non le fric, notre peuple a besoin d’un parti communiste influent.

Non à la réforme des Collectivités territoriales !

Depuis plusieurs années, le gouvernement s’est lancé dans une politique de démantèlement des services publics mais aussi d’attaque des collectivités territoriales : les régions, les départements et les communes. Le gouvernement de droite réduit régulièrement les budgets des départements et régions qui assurent nombre de compétences dont s’est déchargé l’État : ainsi les collèges et lycées, les transports, les aides aux personnes âgées ou handicapées, les hôpitaux et beaucoup d’autres compétences importantes dans la vie de tous les jours.

Depuis six ans, les tarnais, par l’intermédiaire du conseil général, n’ont pu bénéficier de 86 millions d’euros que l’État Français a refusé de payer.

En 2010, le gouvernement Fillon a présenté devant les députés et sénateurs le projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales. Ce texte a été voté par les membres de l’UMP ainsi que par des membres du parti socialiste et des écologistes.

Conséquences :

— En 2014, les conseillers régionaux et généraux disparaîtront au profit de conseillers territoriaux.

— Cette loi va mettre fin à l’indépendance financière des communes, départements et régions qui ne pourront plus aider les associations et jouer leur rôle social auprès de la population.

— -Les conseillers territoriaux seront élus en un tour ce qui avantagera les deux plus grands partis politiques (l’UMP et le PS) ; de plus, la parité hommes / femmes au sein des assemblées sera remise en cause.

— -Les communes seraient regroupées en intercommunalités. Ainsi leur disparition va éloigner davantage les élus de leurs concitoyens, mais plus grave encore elle va accélérer la désertification des campagnes.

Au final, tout serait décidé par un petit groupe de personnes déconnectées du milieu local et qui favoriseraient certains villages au détriment d’autres. Toutes les démarches administratives seraient centralisées dans quelques points du département.

La réforme des collectivités territoriales est une attaque de la démocratie locale et participative. Sous le prétexte de simplifier le système administratif, elle va réduire le nombre de personnels et finira par sous-traiter de nombreuses compétences au secteur privé (qui fera payer ses prestations).

Ne laissons pas notre santé aux capitalistes.

L’affaire du Mediator a révélé que les laboratoires pharmaceutiques étaient libres de mettre en circulation n’importe quel médicament. En effet ils sont contrôlés par une agence qui reçoit des financements des laboratoires. Ainsi la moitié des médicaments sont inutiles et certains dangereux. Les actionnaires des groupes pharmaceutiques s’engraissent sur le dos de la Sécu.

La domination des intérêts capitalistes sur la vie sociale met lourdement en péril la santé humaine et celle de la planète. Pour que la production de médicaments soit contrôlée par un organisme public indépendant des intérêts privés, il il faut imposer un droit de regard des citoyens sur les choix essentiels et nationaliser les industries pharmaceutiques.

Ne laissons pas l’électricité aux capitalistes.

Malgré l’ouverture à la concurrence, les français restent fidèles à EDF. EDF dessert 95% des foyers français, grâce à ses prix, certes élevés, mais moins chers qu’ailleurs. La loi NOME oblige EDF à vendre à prix coûtant 25% de son énergie nucléaire à ses concurrents privés. Ainsi l’énergie électrique va augmenter de 25% d’ici 2015.

Le PCF est pour la renationalisation complète d’EDF-GDF.

Ne laissons pas les capitalistes affamer les peuples.

Lorsque toutes les cinq secondes un enfant meurt de faim dans le monde, brûler de la nourriture sous forme d’agrocarburants est un crime contre l’humanité. Les prix des trois aliments de base : riz, maïs, blé ont explosé. Les deux raisons principales sont la spéculation boursière (37% de la hausse due à la spéculation) et le développement des agrocarburants. Nous devons mettre fin au dumping agricole et par des lois, interdire la spéculation sur les aliments de base, interdire la fabrication d’agrocarburants autrement qu’avec des déchets agricoles.

Il faut supprimer la dette extérieure des 52 pays les plus pauvres de la planète.

La droite détricote l’ouvrage des ministres communistes !

Le programme de la droite sarkozyste c’est en finir avec les conquêtes sociales de la Libération, en 1945. Au moment où le PCF faisait 25% et avait 500000 adhérents, au moment où le pays sortait affaibli de la guerre, les mesures prises ont profondément transformé et amélioré la vie des français.
- Ambroise CROZAT, ministre communiste du Travail a mis en place la Sécurité sociale en 1946.

- Marcel Paul ministre communiste de la production industrielle est à l’origine de nationalisation de l’électricité et du gaz. C’est ce qui a fait que jusqu’à présent les tarifs étaient moins élevés qu’ailleurs et que la compétence des agents et la qualité des installations étaient les meilleures en Europe.

- Maurice Thorez, ministre communiste est le père du statut des fonctionnaires.

La casse des services publics et de la Sécu c’est bien le programme du gouvernement de droite dans une France bien plus riche qu’en 1946.Depuis 60 ans, les grands patrons n’ont cessé de se battre pied à pied pour reprendre ce qu’ils avaient dû céder en 1946.Ils ont confié à Sarkozy la mission de leur rendre leurs privilèges. Pour reprendre la marche en avant vers de nouvelles conquêtes sociales, il faut voter communiste.

Le vote communiste, c’est le prolongement des luttes !

Les Communistes se sont beaucoup impliqués dans les grèves et manifestations de l’automne 2010 pour la retraite à 60 ans. Le gouvernement a imposé son projet d’allongement de la durée de cotisation. Les salariés ne peuvent pas partir avant 62 ans et il faut avoir cotisé 42 années pour la percevoir à taux plein. Le PS s’est prononcé pour le droit de partir à 60 ans mais avec l’obligation d’avoir cotisé 42 ans, ce qui est contradictoire.

Le PCF se prononce pour la retraite à taux plein à 60 ans au plus tard et 37, 5 années de cotisation comme c’était le cas jusqu’en 1993 pour les salariés du privé et du public.

Voter communiste, ce sera prolonger les luttes pour la retraite à 60 ans à taux plein.

Pour condamner la politique de la droite qui fait tant de mal,

Pour en finir avec la domination des intérêts financiers sur toute la société

Pour la construction d’une société socialiste

Votez communiste

Votez Claudine Frassin, militante associative, candidate titulaire

et Christophe Dambraine, professeur Candidats présentés par le Parti Communiste Français


calle

calle